LA SEMAINE DENTELLIERE se déroulera du 08 au 12 mai 2018

L'EUROPE DES DENTELLIERES aura lieu le dimanche 13 mai 2018 sur la promenade de Magalas


Retour à la page principale

Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez sur les liens pour accéder à la source


LA DENTELLE EN FRANCE


La dentelle est réalisée à partir d’un ou plusieurs fils ; elle est différente de la broderie qui est exécutée sur un support textile.

On distingue plusieurs sortes de dentelle à la main, mais les deux principales sont : la dentelle aux fuseaux et la dentelle à l’aiguille.
La dentelle aux fuseaux est la plus répandue dans les régions françaises notamment en Auvergne, Normandie, Lorraine, Flandres, etc.

La dentelle à l’aiguille est principalement créée dans la région d’Alençon.

Voici une présentation, non exhaustive, de la dentelle sur le territoire français.

Chapitre I - Dentelles à l’aiguille :

I-1- La dentelle d’Alençon



Originaire de Venise, la dentelle d’Alençon nécessite une division et une spécialisation du travail. Il faut dix étapes pour exécuter le Point d’Alençon et autant d’ouvrières que d’opérations. Cette dentelle est réalisée sur un support en vélin ou parchemin avec une aiguille et du fil de lin.

Les étapes de fabrication s'organisent ainsi :

- le dessin, le piquage et la trace sont les trois étapes préparatoires avant l'exécution du fond : le réseau.
- le décor est ensuite réalisé selon différents points de remplis puis de modes variés.
- la brode donne le relief à ce décor.
- l'enlevage, l'éboutage, le régalage permettent de détacher la dentelle du support provisoire en parchemin.

Pour la réalisation d'un médaillon, le travail est achevé mais, pour une pièce de grande dimension, il faut assembler les différents éléments réalisés de fabrication grâce à un point de raccroc invisible.

Aujourd'hui encore source d'inspiration, la dentelle séduit les créateurs de haute couture.

Sources :
http://www.paysdalencontourisme.com/decouvrir/la-dentelle-au-point-dalencon
http://www.patrimoinevivantdelafrance.fr/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=52&cntnt01returnid=26


I-2- La dentelle d’Argentan

<

Deux détails sont essentiels à retenir concernant la dentelle d’Argentan : elle est exécutée à l’aiguille avec des fils très fins, et tous les motifs sont réalisés en points de feston point des boutonnières) agencés différemment.

La réalisation d’une dentelle à l’aiguille est très longue, bien plus qu’une dentelle aux fuseaux, mais elle permet d’obtenir une plus grande précision et une plus grande variété de motifs. Elle s’effectue selon des étapes très précises. Le dessin du motif doit d’abord être défini entièrement, avec les points à utiliser et leur position dans le motif. Il est ensuite chemin, doublé de deux couches de tissu épais.

La dentellière reprend ensuite, au fil blanc, les trous du parchemin pour tracer le motif. C’est à partir de cette trace que vont être lancés, au-dessus du parchemin (à aucun moment on ne perce dans le parchemin), les fils servant de base aux différents points. L’image d’une toile d’araignée pourrait s’appliquer à la création d’une dentelle, les dentellières revenant toujours sur leurs fils d’attache pour nouer, point par point, les minces fils de coton.

Boucle après boucle, le motif apparaît, le point de feston se faisant réseau en nid d’abeille, gaze, ombré… ou picot si on le tortille autour d’un crin de cheval.
Travail long pour lequel la dentellière doit acquérir maîtrise du geste et régularité dans la tension du fil. Le motif est ensuite mis en relief par la brode, toujours en point de feston.

La dentelle finie, on la détache en coupant le fil de trace. On effectue le finissage en aplatissant les remplis pour faire ressortir les brodes. Il ne reste plus ensuite qu’à lier le motif aux autres en réalisant le réseau en mailles hexagonales festonnées.

Ce réseau occupe une place importante dans la dentelle d’Argentan, les motifs restant discrets et légers, mais les proportions varient avec les modes.

Les dentellières travaillent, de nos jours, avec du coton égyptien dont les longues fibres permettent d’obtenir un fil très fin et résistant. La dentelle était à l’origine en lin, mais les engrais utilisés pour les cultures ont fragilisé les fibres de la plante.

Sources :
http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-44379.html
http://www.dentellieres.com/Musee/Argentan/argentan2.htm


I-3- Le filet de la Perrière



A La Perrière, entre 1850 et 1950, les femmes du bourg travaillaient la technique du filet : des mailles en losange ou en carré nouées aux angles selon une grille préalablement dessinée.

Le village comptait 3 fabriques de filet: les Maisons Husset, Hervieux et Reine. En 1862, sur le canton de Bellême 17 marchands employaient 2000 ouvrières.
Aujourd’hui, de nombreuses fenêtres de maisons sont décorées avec des rideaux reprenant cette technique.

Mais ce qui fait la renommée et la spécialité du village, c’est le filet perlé. Cette fameuse technique de broderie a été exportée dans le monde entier, notamment grâce au grand novateur de la mode de la Belle Epoque Paul Poiret, celui-là même qui libéra la femme du corset et inventa une nouvelle silhouette féminine. Il passait commande à la Maison Charles Husset.

Sources :
http://laperriere.net/les-monuments/le-filet-2/
http://www.dentellieres.com/Musee/Perriere/
Vidéo


I-4- La dentelle de Tulle



Le Poinct de Tulle ou Dentelle de Tulle se fait de la manière suivante :

Sur un réseau en fil très fin, à mailles carrées de 1,8 à 2,5 mm nouées aux quatres angles à l’aide d’une navette et d’un moule cylindrique servant à calibrer les mailles, des points de broderie sont exécutés à l’aiguille.

Actuellement, on connaît 6 points aux noms évocateurs :

Le grossier,
Le picot,
La rosette,
Le respectueux,
Le point d’esprit,
Le cordonnet.

Sources :
http://www.poinctdetulle.sitew.com/#Accueil.A
http://laurefeerie.canalblog.com/archives/2013/10/10/27995004.html


I-5- La dentelle de Sedan



Dentelle à l’aiguille qui possède toutes les caractéristiques du Point de France avec, en outre, une extrême diversité dans les points de fantaisie utilisés avec virtuosité.

Le fil d’une très grande finesse est souvent un peu jaunâtre. Elle utilise simultanément à partir de la fin du XVIIème siècle un réseau de grandes brides picotées et un réseau de mailles bouclées comparables à celle d’Alençon. Elle se caractérise surtout par l’ampleur des motifs, généralement d’influence indo-orientale. De nombreuses dentelles de type Sedan furent exécutées en Belgique, notamment à Bruxelles, mais aussi à Alençon.

Sources :
http://lesfilsdhelene.over-blog.com/article-17733362.html
http://ouvragesdedames.canalblog.com/archives/2014/08/06/30350941.html
http://www.lunion.fr/455335/article/2015-05-02/une-dentelle-de-sedan-acquise-pour-9000%E2%82%AC


N'oublions pas la dentelle de Luxeuil ainsi que les jours de Cilaos ; dentelles qui ont déjà fait l'objet d'un article.

A suivre...


Retourner en haut de la page

©2008-2012 Les Dentellières de Magalas - Tout droit réservé - Site réalisé par Frédéric Berge & Kazzzisoft©
Dernière mise à jour le 15/11/2017 effectuée par Véronique LONG
Informations légales