IMPORTANT : Marché dentellier samedi 23 septembre 2017 à Magalas.


LES EVENTAILS :
LES ETAPES DE LA REALISATION DES MONTURES


Retour à la page principale

LE DEBITAGE se fait à la main avec l’arçon ou scie à débiter, mais aussi à la scie mécanique qui donne un travail moins soigné et qui n’est utilisée que pour les montures en bois bon marché.

L’EBAUCHAGE s’exécute avec des écoannettes, le façonnage avec la "Marie-Jeanne", (sorte de grosse grêle). Les limes modèlent la monture. Le ratissage exécuté avec des couteaux à ratisser, enlève les traits mais n’est utilisé que pour certaines matières.
Puis, vient le collage des "bouts" et le polissage à la brosse dure. Ce polissage à la brosse dure. Ce polissage s’effectue sur la corne avec la pâte à polir et du suif, et sur le bois, l’os, l’ivoire, la nacre, avec la brosse dure et à l’huile de lin. Le papier de verre peut être utilisé pour le bois.
Ainsi le bon façonneur se juge sur un panache où toutes les parties sont "perdues" au toucher, à la pureté des angles des moulures. Le débitage et le façonnage sont effectués par des hommes ; le collage et polissage par les femmes.

LE REPERCAGE se fait à la "scie à découper" ou à repercer de différentes tailles selon les trous. Le patron portant le dessin que l’on désire obtenir est posé sur le panache ou sur le brin. A chaque ‘jour’, il faut percer un trou dans lequel sera introduite la lame de la scie qui suit le motif à exécuter. Certains panaches comptent jusqu’à 2000 trous.

LA GRAVURE ET LA SCULPTURE. Le graveur réalise son motif gravé sur la monture avant de le donner à la doreuse, mais si celle-ci doit être sculptée, elle passe tout d’abord dans les mains du sculpteur.
Dans les villages d’Andeville et de Sainte Geneviève, le ciseau et le burin étaient maniés avec une grande dextérité. Les montures primées aux expositions Universelles et Internationales de la Belle Epoque en proviennent.

LA FINITION, l’embellissement final est peut être l’œuvre de la doreuse et de la pailleteuse. La monture gravée est ensuite enduite de gouache blanche ou "assiette" qui constitue le fond et donne l’opacité, le décor n’est réalisé qu’ensuite. Il peut y avoir sur certaines montures des opérations de burgautage qui consistent en l’application de très fines lamelles de nacre burgau transparente, derrière la sculpture et le brin.
Si la dorure se fait à la feuille d’or ou de cuivre, nommée alors "papillon", un petit balai ou "boësse" sert à l’appliquer dans les rainures effectuées dans la gravure. La dorure peut être directement posée au pinceau, mais elle est ensuite vernie.

Les meilleures ouvrières travaillaient sur la corne qui est la matière la plus difficile à traiter.

La rivure réunit les brins et le panache ; elle est constituée d’une tige cloutée ou vissée et de deux "yeux". Le bijoutier peut sertir une pierre dans l’œil de la rive.



Retourner en haut de la page

©2008-2012 Les Dentellières de Magalas - Tout droit réservé - Site réalisé par Frédéric Berge & Kazzzisoft©
Dernière mise à jour le 15/09/2017 effectuée par Véronique LONG
Informations légales