LA SEMAINE DENTELLIERE se déroulera du 08 au 12 mai 2018

L'EUROPE DES DENTELLIERES aura lieu le dimanche 13 mai 2018 sur la promenade de Magalas


LES EVENTAILS



Cliquez sur les photos pour les agrandir
Retour à la page principale


Du 20 mai au 28 octobre 2016, l’association «les Amis de Pézenas» ; sous la houlette de Francis Ventura et Dominique Lemaître-Mory, a permis aux visiteurs du musée de Pézenas d’admirer des collections privées rassemblant près de 300 éventails du XVIIIème siècle à nos jours.

Cette rétrospective a bénéficié de la généreuse participation de Madame Anne Hoguet, Maître d’art-éventailliste du musée de l’éventail de Paris, ainsi que de diverses personnalités artistiques comme Nao Kaneko peintre japonaise d’aujourd’hui et de la photographe Véronique Huygue.

J’ai pris un réel plaisir à découvrir les magnifiques pièces présentées, si bien, que j’ai eu envie de vous parler des éventails.

Grâce à l’autorisation des Amis de Pézenas, j’ai pu reproduire les textes explicatifs de l’exposition.
Ainsi je vous propose de découvrir, à travers différents chapitres, l’Histoire, la réalisation, les matériaux, les types et formes, et le langage des éventails.

Véronique

UN PEU D'HISTOIRE


La représentation la plus ancienne connue de l’éventail remonte à 3200 ans avant Jésus Christ et se trouve en Egypte.

Connu à l’époque romaine sous le nom de Fabellum, l’éventail a été longtemps un objet utilitaire employé par les hommes pour chasser les insectes et par les femmes pour se protéger de la chaleur. (Eventail-écran)


Au XVIème siècle, les portugais importent des éventails d’Extrême Orient et la vogue de ses objets se répand dans toute l’Europe. Des artisans d’Italie, notamment, vont copier ces modèles.

En France, l’usage de l’éventail apparait à la Cour avec Catherine de Médicis et les artisans français commencent à en fabriquer.
En 1678, Louis XIV crée un nouveau corps de jurande et de maîtrise : les éventaillistes. La formation à cet art impose 4 ans d’apprentissage et 2 ans de compagnonnage.

L’éventail est un produit de luxe, souvent créé en un seul exemplaire. Les montures sont en ivoire, en nacre ou en écaille, parfois rehaussée d’or, d’argent, de perles. Les feuilles reçoivent de superbes peintures à l’antique. Apparaissent aussi les éventails parfumés d’Espagne et les éventails «brisés» en provenance de Chine uniquement composés de lames reliées par un ruban.

Au XVIIIème siècle, les décors s’inspirent des œuvres de grands peintres : Watteau, Boucher, Fragonard… scènes galantes ou évocations bibliques. C’est le siècle d’or de l’éventail.

A la révolution, la fabrication de pièces de qualité s’interrompt. Alors, ne se diffusent que les éventails de qualité courante faits de montures en bois ordinaire, de feuilles papier imprimées et coloriées qui restent, néanmoins, aujourd’hui de véritables pièces de collection.

Il faut attendre le Second Empire pour que redémarre l’activité des éventaillistes de luxe s’inspirant des peintres de l’époque mais aussi des modèles du XVIIIème siècle. Le travail précis de découpe et de gravure conduit à fabriquer de minuscules scies faites avec des ressorts... de montres !!

A cette même période sont importés les éventails venant de Chine (Canton) en papier sur lesquels sont brodés les vêtements des personnages avec des visages constitués de peinture réalisées sur de minuscules pièces d’ivoire ou de nacre.

Très présent dans la mode romaine à la fin du XIXème siècle, l’éventail est un accessoire pour les soirées mondaines et un cadeau très apprécié.


Pierre Carrier Belleuse (1851-1932) - Pastel "Jeune fille à l'éventail" 1907

Au même moment se développe la publicité et l’éventail devient un support très diffusé et qui touche bien des produits et activités. Cet engouement pour l’éventail publicitaire persiste de nos jours.



Retourner en haut de la page

©2008-2012 Les Dentellières de Magalas - Tout droit réservé - Site réalisé par Frédéric Berge & Kazzzisoft©
Dernière mise à jour le 15/11/2017 effectuée par Véronique LONG
Informations légales