LA SEMAINE DENTELLIERE se déroulera du 08 au 12 mai 2018

L'EUROPE DES DENTELLIERES aura lieu le dimanche 13 mai 2018 sur la promenade de Magalas


Retour à la page principale

LE DIAIRI



Enclave luthérienne et principauté allemande rattachée au duché de Wurtemberg, le pays de Montbéliard a développé son patrimoine et l'a conservé durant 3 siècles.


Ce patrimoine composé de traditions vestimentaires, d'ébenisterie, de tissage et de langue a, petit à petit, été oublié suite à l'industrialisation et l'arrivée de nouvelles populations.

Toutefois, les habits de l'époque ont été conservé en qualité de costume folklorique. Notamment, la tenue des femmes, se composait d'une longue jupe de chanvre de couleur sombre, d'un tablier étroit, d'une chemise en lin blanc sans col aux manches très larges et bouffantes serrées juste au dessus du coude, d'un corset de toile ou de velours noir et... d'une cale à diairi.

La cale à diairi est un petit calot qui se porte sur le haut de la tête, sur un chignon bas. L'arrière du calot s'arrête à mi-tête. Il est composé de deux oreillettes qui ne couvrent que le haut de l'oreille. Il comporte également 4 rubans dont 2 partent des oreillettes et se nouent sous le menton. Les 2 autres placés à l'arrière forment un gros noeud qui cache la nuque.

Néanmoins, si le costume est sobre, la cale, quelle soit en velours, satin ou soie est brodée de perles. Les coiffes étaient sujet de rivalité entre les jeunes filles. La cale avait la particularité d'être richement brodée et de l'être d'autant plus que la femme qui la portait, appartenait à une famille aisée.

Chaque étape de la vie avait sa cale : blanches pour les enfants, les fiançailles et les mariages ; colorées pour les femmes ; noires pour les deuils.

A l'origine, une cale à diairi est brodée de perles très petites (5000 à 10000 par coiffe, voire plus), de canetille or ou argent (fil ressort de métal), de "miroirs" et de chenillettes (fils de velours de soie). Les motifs imposés sont traditionnels : fleurs, grappes, épis de blé. Une cale est entièrement faite à la main et nécessite au minimum 200 heures de broderie. Les deux côtés doivent impérativement être symétriques mais inversés. Chaque cale est marquée sur sa doublure, aux initiales de la calière.

En 1991, avec le soutien de l'office du tourisme un atelier de brodeuses de cales à diairi est créer afin de perpetuer la tradition.
Lors d'une promenade au milieu des stands de "La Campagne à la ville", à Audincourt (25), nous nous sommes arrêtés auprès des calières de l'atelier "Diari". Ce fut l'occasion d'admirer ces dames appliquées sur leurs broderies, de discuter avec elles de ce savoir-faire montbéliardais et de prendre quelques photos de leurs magnifiques ouvrages.

Evelyne

Sources :
- http://forum.cancoillotte.net
- http://amisvieuxseloncourt2.blogspot.fr
- http://fufu-et-ses-sacs.over-blog.com

Cliquez sur une photo pour lancer le diaporama

diairicale5 diairidetails


Retourner en haut de la page

©2008-2012 Les Dentellières de Magalas - Tout droit réservé - Site réalisé par Frédéric Berge & Kazzzisoft©
Dernière mise à jour le 15/11/2017 effectuée par Véronique LONG
Informations légales