IMPORTANT : Marché dentellier samedi 23 septembre 2017 à Magalas.


Retour à la page principale


Dentelles du Monde



Cliquez sur les photos pour les agrandir

Quelle soit réalisée à l’aiguille ou aux fuseaux, la dentelle est un artisanat universel. En effet, nombreux sont les pays qui comptent ce savoir-faire dans leur patrimoine.
Au cours de divers voyages, j’ai pu photographier ou ramener quelques ouvrages de différents pays. Je vais vous les présenter avec les informations que j’ai glanées sur internet :

Dentelle du Brésil


Inspirée par les filets de pêche des habitants des petits états brésiliens, l'Alagoas et le Ceara, cette dentelle est souvent considérée comme l'une des premières répertoriées. Ses origines aussi archaïques que méconnues laissent toutefois présager qu'elle a été inspirée par le filet de pêche.
Cette technique à l'aiguille consiste à remplir d'un motif un filet de mailles simples de forme carrée, tendu sur un châssis. L'ouvrage lui-même combine plusieurs points : point russe, point de croix, point Richelieu, point de guipure…
Cette dentelle, généralement en coton et souvent blanche, fut importée par les Portugais qui s'en servaient pour décorer les autels des églises.
Aujourd'hui, elle s'est répandue sur les côtes du Nord-Est brésilien où elle est utilisée pour réaliser des rideaux, des nappes, voire des costumes.

Dentelle du Paraguay


La dentelle “toile d’araignée” vient d’Arabie. Elle a été importée aux îles Canaries et en Espagne, puis, entre les XVIIe et XVIIIe siècles, au Paraguay, où la dentelle "soleil" de Ténérife a pris le nom de dentelle paraguayenne, ou ñandutí.
Les dentellières paraguayennes ont donné leur touche personnelle au ñandutí, qui s’est en outre chargé des caractéristiques de la flore et de la faune locales. Bien qu’elles n’aient pas inventé elles-mêmes cette dentelle raffinée, les Paraguayennes l’ont enrichie de nouveaux points. Elle est d’ailleurs devenue le gagne-pain de nombre d’entre elles.
La plupart des dentellières paraguayennes mémorisent les dessins, mais certaines emploient un modèle. Toutes utilisent un bout d’étoffe de coton tendu dans un cadre en bois et travaillent avec une aiguille et du fil. Elles apprennent cet art de leur mère lorsqu’elles sont petites et le transmettent à leurs filles.

Dentelle de Slovaquie


A Banska Bystrica et dans les villages alentours, les hommes vivaient principalement de l’exploitation minière.
Le domaine des femmes, était la dentelle aux fuseaux. Faire de la dentelle, autrefois, était si populaire que certaines villes, sur le motif de production excessive ont publié des statuts visant à limiter son utilisation.
En des temps meilleurs, le retour de la dentelle a prospéré dans le pays de sorte que par exemple, à Kremica, denteler était interdit aux filles adultes. La raison ? Le gain facile et simple, conduisant, soit disant, à une vie irresponsable.
Tandis que les hommes peinaient dans les mines, les femmes tentaient d’apporter une aide financière à la famille.
La légende dit que Marie-Thérèse Ier a mis en place un impôt spécial afin de débarrasser Spania Dolina des décideurs et de permettre ainsi la distribution libre des créations au monde entier.
Spania Dolina était sans doute l’un des centres les plus importants de la dentelle aux fuseaux dans le pays. En 1883, il se créa des écoles de dentelle, qui ne fonctionnèrent que jusqu’en 1909.
Mais aujourd’hui, la dentelle prend un nouvel essor…

La dentelle de Bruges


Venue de Venise, la dentelle devient, à la fin du XVIème siècle, un élément essentiel de la mode, notamment avec le développement du goût pour les fraises et les grandes manches.
C'est aussi l'un des principaux facteurs de la proto-industrialisation des Flandres. Les marchands fournissaient aux dentelières des fils de lin qu'elles travaillaient à domicile et qu'ils leur rachetaient à la pièce.
C'est l'histoire de cette technique, sous ses aspects frivoles ou terribles, qu'évoque le Centre de la Dentelle, à la fois musée et académie, où se forment des dentellières venues de toute l'Europe .... ou de beaucoup plus loin. Car il y a de fortes chances que la dentelle que vous admirerez dans les magasins brugeois ait été réalisée en Asie du sud-est.

La dentelle de Bruxelles


Dentelle à l’aiguille exécutée avec un fil d’une très grande finesse, proche du point d’Alençon, mais dont les motifs sont plus naturalistes et présentent moins de relief.
A cette époque, la popularité de la dentelle est croissante, mais chancelante. Lors d’événements heureux, comme les baptêmes ou les mariages, les marchands de Bruxelles faisaient des affaires en or. Les grands bals étaient aussi des occasions de se procurer de la dentelle. Les périodes de deuil quant à elles étaient peu lucratives.

Ce n’est qu’un échantillon des dentelles que j’ai rencontrées lors de mes périgrinations. Certaines provenant de Burano, Croatie ou Malte ont déjà fait l’objet d’articles, que vous pouvez retrouver sur notre site…

Vous me direz, mais en France aussi, il existe de nombreuses techniques de dentelle !! Certe, mais patience, cela fera l’objet d’un autre article…

Catherine

Sources :
- Photos personnelles
- Internet


Retourner en haut de la page

©2008-2012 Les Dentellières de Magalas - Tout droit réservé - Site réalisé par Frédéric Berge & Kazzzisoft©
Dernière mise à jour le 15/09/2017 effectuée par Véronique LONG
Informations légales